Très grande bobine de Ruhmkorff

La belle bobine de Carpentier semble bien minuscule sur ce mastodonte: un socle de 90 cm x 36 cm, une hauteur de près de 60 cm et un poids total dépassant les 40 kg. Son propriétaire précédent avait installé un interrupteur à mercure sur le socle, mais à l'origine l'interrupteur était un système séparé. Deux des quatre cales ne sont pas d'origine, ainsi qu'une partie de la visserie, mais elle a conservé ses colonnes d'éclateurs. Plus problématique, le circuit secondaire était coupé au moment de son acquisition. De petites étincelles de l'ordre de 1 cm ont pu être obtenues, une taille indigne pour une bobine de cette taille. Sa réparation est en cours, et a permis de faire plusieurs observations intéressantes:
- l'énorme bloc de résine interne a été démantelé, et a révélé 6 galettes de circuits secondaires connectées les unes aux autres. Ce principe de cloisonnement du secondaire a été introduit par Ruhmkorff lui-même, mais systématisé par Ritchie dès les années 1850. Ce bobinage, appliqué uniquement sur les grands modèles, évite les claquages dans le secondaire. Les galettes étaient elles-mêmes séparées par plusieurs cm d'épaisseur de résine;
- l'extrémité du fil de chaque galette était connectée à la suivante sans soudure, simplement en le dénudant et en le torsadant avec le suivant;
- sur les 6 galettes, seules 3 étaient fonctionnelles, c'est-à-dire avec une continuité électrique entre les deux extrémités. Il semble que les déformations du bloc de résine (qui était fendu à de nombreux endroits) aient coupé les couches supérieures des 3 autres galettes;
- au-delà du poids et des dimensions exceptionnelles de cette bobine, la résistance mesurée sur les bobinages des galettes fonctionnelles est impressionnante: environ 5 kOhms pour chacune d'elle. Cette bobine devait donc initialement avoir un secondaire de l'ordre de 30 kOhms. A titre de comparaison, les 3 plus grosses bobines déjà présentées sur ce site ont des secondaires de 5,6, 10,4 et 13,1 kOhms respectivement. Ces chiffres - ainsi que la distance entre les éclateurs par rapport aux autres bobines de cette collection - suggèrent qu'elle devait être capable de sortir des étincelles d'environ 30 cm de longueur. La mesure de la résistance d'une portion du secondaire montre par ailleurs que chaque galette a un fil de plus de 6km, soit près de 40km pour l'ensemble de la bobine;
- sur les 3 galettes ayant perdu leur continuité électrique, 2 ont déjà été réparées. L'une n'a pas nécessité un débobinage de la dernière spire, et a donc également une résistance proche de 5 kOhms. La seconde avait plusieurs fils cassés sur l'avant dernière couche, et a donc dû être légèrement débobinée. Sa continuité électrique a ainsi pu être récupérée, moyennant une légère baisse de résistance, qui vaut désormais 3,8 kOhms. La 6ème galette est encore en cours d'investigation, mais les 5 galettes fonctionnelles ont déjà une résistance cumulée entre 23 et 24 kOhms.



Retour à l'accueil du site